...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que c'est de l'amitié . | Amber

Aller en bas 
AuteurMessage
Wendy A. Evans

avatar

Nombre de messages : 46
Music\' : Are you gonna go my way - Lenny Kravitz
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: De temps en temps, je craque sous le poids de l'espérance, je vais parfois à contre-sens ..
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Ven 26 Déc - 2:18

    La semaine, la première semaine qu'elle passait en tant que Troisième Année dans cet institut, était passée vite et bien. Tant mieux. La demoiselle, avant d'arriver à Lindbergh, avait tellement d'a-prioris ; comme celui d'imaginer cet endroit comme "cachots de fous", & heureusement pour elle, ici, les jeunes étaient tous "normaux". Ces sept jours étaient passé à une vitesse folle, au grand bonheur d'Anastasîya, de son second prénom.
    Chic, enfin le week-end ! La meilleure nouvelle depuis quelques heures. Il est vrai que la raison pour laquelle Wendy avait été interné à Lindbergh n'était pas vraiment comme celle de certains autres jeunes .. Elle n'avait pas du tout voulu ou imaginé être la responsable du décès d'un enfant. Cette seule pensée la hantait, jour et nuit, depuis 3 ans. Pourtant, elle apprenait à vivre avec. Elle pouvait être reconnaissante envers deux personnes, son petit ami Sean, qui depuis six mois, lui permettait de renaître, de vivre chaque moment de vie intensément et amoureusement, & sa meilleure amie, Amber, avec qui elle partageait tout, et qui était celle qui la comprenait mieux que quiconque.
    L'indépendance. Cette maison, autrefois destinée à loger les concierges, était une sorte d'échappatoire pour la jeune femme, qui se débrouillait pour avoir les clés de temps en temps, dans l'espoir d'être au calme.
    Le temps était clément pour un hiver présumé rude, malgré tout, la neige était tombé par millions de flocons, ce qui donnait au ciel un voile blanchâtre et recouvrait l''indépendance d'un tapis blanc. Charmant. Son humeur était au meilleur alors qu’une semaine plus tôt, Wendy s’était levé du mauvais pied pendant cinq jours d’affilés, de quoi le mettre de mauvaise humeur jusqu’au dimanche soir, minuit. Cependant cette semaine là était finie, comme une page tournée dans un live, laissant place à une modeste parcelle de week-end.
    Comment pouvait-elle demeurer de mauvaise humeur alors qu'elle s'apprêtait à relacher la pression en s'éclatant comme une folle avec Amber ?

    D’ailleurs, ce soir-là, les jeunes femmes s'étaient donné rendez-vous dans l'Indépendance. Il fallait tout de même rester dicrète quant à la procuration des clés qui ouvraient la bâtisse, et dont les élèves n'étaient pas censés avoir accès.
    Les meilleures amies s'en fichaient totalement. Le côté doux de Wendy cachait son fort caractère tandis que le côté rebelle d'Amber cachait la sensibilité, que seule sa meilleure amie perçoit. Beaucoup de monde s'étonne de les voir s'entendre à merveille, tellement elles paraissent opposées. Pourtant, elles se complètent et se ressemblent bien plus que certains le pensent. L'histoire de leur amitié commença quelques années auparavant, lorsque les deux jeunes femmes n'avaient encore aucun problème et menaient une vie saine et tranquille. Wendy, passionnée de sorties en tout genre, avait éprouvé un certain goût à jouer aux machines à sous d'un Casino réputé, qui n'était autre que celui du père d'Amber. Des hommes louches tentaient de draguer Wen', la laissant dans une situation pour le moins incommode, désagréable, embarassante, appelez cela comme bon vous chante. Toujours est-il qu'Amber arriva au secours de sa nouvelle amie, lui épargnant des problèmes avec la Police. Problèmes qui auraient pu -malencontreusement- surgir après un coup dans la figure d'un de ces messieurs. Wendy n'est pas du genre à se laisser faire si on l'embête vraiment.
    Depuis ce jour, Amber et Wendy ne se sont plus quittées. Entre anniversaires, mariages, et autres cérémonies, même familiales, elles passaient, évidemment, énormément plus de temps ensemble qu'en famille. Leurs parents, trop absents dans la vie de leurs filles, était certes dû à leur travail, mais aussi à l'éloignement désormais, ce qui les touchait au plus profond de leurs êtres. Leur rencontre avait vraiment été bénie des cieux, elles se comprenaient, vivaient les mêmes choses, et rendait leurs coeurs tout gonflé d'espoir et de vaillance. Encore un exemple : leur arrivée à Lindbergh avait été soudain et involontairement synchronisé.
    Evidemment, tout n'est pas toujours rose. Des petites disputes surgissent de temps en temps, notamment à cause de leurs petits défauts, mais cela se terminent toujours bien.

    Wendy était contente de s'amuser un peu ce soir-là, elle avait besoin d'extérioriser sa lassitude face aux rendez-vous hebdomadaires avec Mme Lolly par exemple. Et puis, les deux miss n'avaient pas passé de temps ensemble depuis longtemps, elles avaient certainement une tonne de potins à se raconter.
    Pour elles, qui dit soirée entre filles, dit potins, pizza, musique, danse, glaces et autres délires tels des batailles d'oreillers. Aussi, Wendy s'empressa de mettre une pizza dans le four de l'Indépendance, qu'elle était parvenue à refaire fonctionner, une chance. Celle du débutant certainement. L'odeur de la Pizza enivrait toute la pièce, mais il manquait de la musique. Wen' avait oublié ses Cds. Catastrophe. Il restait désormais à attendre Amber, dans l'espoir qu'elle en ait ramené. Justement, voilà qu'on frappe à la porte.


    [Désolée de ce post minable mais j'ai eu des bugs et dû recommencé trois fois ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber O'Connor

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Ven 26 Déc - 13:00

    Amber ne comprenait vraiment pas comment elle s'était retrouvé dans cet institut pour jeunes dérangés. Sérieusement, il y avait ici des gens qui avaient commis des meurtres et des choses horribles, tandis qu'elle, elle avait juste volé un peu d'argent, et même pas pour elle en plus, et c'est celui qui s'était reçu de l'argent qui l'avait envoyé ici. Vous ne trouvez pas que c'est un comportement un petit peu contradictoire ? Totalement d'accord ! Inutile de dire que la jeune fille n'entretenait pas plus d'amour pour son père que lorsqu'il n'y avait pas de problèmes, et pire, on pouvait dire qu'elle le haïssait. Mais bon, comme elle ne le voyait jamais, pas de risque qu'elle prenne un couteau et l'égorge sans crier gare. Au moins, là, elle aurait une bonne raison de se retrouver ici. Enfin … C'était un peu exagéré, parce qu'elle savait très bien qu'elle ne pourrait jamais tuer quelqu'un comme ça, même un ingrat comme son géniteur. Elle n'avait pas un cœur mauvais, au fond, même si elle s'amusait à être sarcastique et ironique à souhait, parfois à faire de l'humour morbide comme si elle était une de ces passionnées de la mort et ex-tueuse en série. Remarque, les films d'horreur ne lui faisaient pas peur, aussi bizarre que ça puisse paraître. En général, elle s'entendait bien avec les garçons, car elle était fan de tout ce qui était gore et un peu casse cou, et totalement anti films à l'eau de rose. Dégoutant. Ce qui cassait vraiment tout le truc, c'est le fait qu'elle avait cette passion pour les ordinateurs, et que parfois, on pouvait même l'appeler geek. Pas dans le premier sens, boutonneux no life, mais plutôt du genre à passer ses journées entières sans décrocher de l'écran. Et pourtant, elle a toujours une vue parfaite, superbe non ? Du coup, elle ne le mentionnait jamais devant les gens qu'elle rencontrait. Devant les gens qu'elle connaissait depuis longtemps, ce n'était plus la peine de mentir, ils étaient tous au courant, et elle se ferait passer pour idiote en disant qu'elle n'en avait rien à faire de cette machine tout droit descendue du paradis. Et quand on lui demandait pourquoi elle était ici, elle répondait toujours par une de ces phrases pleines de sous entendus qui la faisaient passer presque pour folle et qui avait pour intérêt de faire dégager les gens qui étaient froussards. Et puis, pour appuyer ses dires, il y avait son petit ami Calvin, qui lui, avait une vraie réputation dans le lycée. Jouer au tireur fou, ça vous apporte tout de suite plein de groupies. Trop, peut-être. Amber ne se gêne pas pour délimiter son territoire et l'affirmer à chaque fois qu'elle le croit nécessaire, étant vraiment trop possessive et jalouse pour faire autrement. Du moment que quelque chose lui appartenait, elle considérait qu'elle ne devait appartenir à personne d'autre, ce qui, en apparence, était totalement justifié, non ? Tous ses proches savaient qu'il ne fallait parler de personne qu'Amber lorsqu'ils étaient en sa compagnie, pas pour vanter ses qualités, mais tout simplement parce que parler de bons moments passés avec une personne autre qu'elle mènerait tout droit .. à un arrêt de mort. Non, je rigole. Ou peut-être pas.

    C'était le week end, ce qui signifiait .. Rien de bien spécial, elle était coincée à Lindbergh de toute façon. Mais au moins, il y avait moins de personnes pour l'embêter, et plus de temps pour s'amuser. Ce jour là, elle et son amie Wendy avaient prévu une petite escapade dans l'indépendance .. Bon, escapade est peut-être un mot un peu poussé, de toute façon tout le monde savait qu'il n'était pas si difficile que ça d'obtenir la clé et que ce n'était pas vraiment dangereux d'aller là bas, mais bon. D'ailleurs, Amber s'amusait à raconter aux nouveaux que l'indépendance était hantée, pour qu'ils n'aillent pas embêter les habitués. Comme Wendy et elle, par exemple, qui avait l'habitude de se retrouver là bas pour manger, danser, faire n'importe quoi, s'amuser. Bon bien sûr, ça n'égalait pas les nuits en boite qu'Amber vivait tous les soirs avant d'arriver dans ce trou, mais c'était sympa. Même si Wendy n'avait pas l'apparence d'être une fille qui aimait extrêmement s'amuser, c'était totalement faux. En tout cas, avec elle. Bon, c'était pas danser comme une dévergondée sur les tables en se bourrant, c'était plutôt du genre sage quand même. Amber ne se rappelait plus trop de quand cette habitude avait commencé, mais en attendant, elle appréciait ces soirées entre filles autant qu'avant, et jamais elle ne s'ennuyait.

    «  Lucia ? »

    Sa camarade de chambre n'était pas là, ça tombait bien. Amber n'avait pas vraiment envie de se justifier concernant la raison de son départ à cette heure là. La jeune fille se releva de son lit et passa une main dans ses cheveux, avant de prendre un sac qui trainait par terre. Elle y fourra un peu de tout et n'importe quoi, des choses sucrées qu'elle gardait en cachète, des vêtements de rechange, on savait jamais qu'il y ait bataille de glace [dégoutant !], et quelques Cds. Même si Wendy se chargeait pour la plupart du temps d'apporter tout ce qui était nécessaire, on ne savait jamais, elle pouvait toujours oublier. Et faire des aller retours de l'indépendance jusqu'aux dortoirs serait surement mal vu, et bye bye leur petite soirée. Après avoir passé un pull, il faisait extrêmement froid dehors, la jeune fille se dirigea à pas rapides vers l'endroit, veillant à ne pas se faire arrêter par une de ses connaissances. Elle détestait arriver en retard. Arrivée à la porte, elle frappa puis poussa la porte, voyant qu'elle était ouverte. Voyant son amie, Amber eut un grand sourire et s'approcha de son amie.

    « Hm quelle odeur ! Je crève de faim, des idiots à midi qui voulaient absolument que je répare leurs ordinateurs .. Moi qui pensait bien commencer l'année, tout le monde va vouloir me refiler leurs machines. Ma réputation est vraiment fichue. »

    Amber jeta son sac dans un coin, oubliant peut-être qu'il y avait des cds dedans qui risquaient de se casser mais bon il ne semblait pas avoir eu de dégâts, et s'affala sur un vieux canapé qui avait déjà quelques dizaines d'années à son actif.

    « Alors ta première semaine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wendy A. Evans

avatar

Nombre de messages : 46
Music\' : Are you gonna go my way - Lenny Kravitz
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: De temps en temps, je craque sous le poids de l'espérance, je vais parfois à contre-sens ..
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Dim 28 Déc - 21:17

    Avez-vous déjà éprouver de l'affection pour un endroit ? Une ville ? Lexie a déjà eu cette experience. New York, avec son Parc mondialement connu, ses boutiques de luxe à chaque coin de rue, dans les beaux quartiers. Les fêtes surtout. New York festif était fabuleux, danser dans la boîte de nuit la plus prisée un verre de vodka-orange à la main, le bonheur. En temps normal, c'était comme cela que la demoiselle occupait ses vacances, et la plupart de son temps. Les bonnes soirées avaient un goût de renouveau lorsqu’ arrivait le départ dans les hamptons l'été ; les djs s'enfuyaient de NY pour retrouver leurs gosses de riches préférés la bas, au soleil. Alors le petit coin paradisiaque devenait un second New York, reservé a l'élite, dont Wendy faisait partie.
    Mais désormais, elle n'était plus dans les Hamptons, elle était à Lindbergh, certes toujours à NY, mais dans un endroit où il n'y avait plus rien à faire à part se planter devant des livres à la Bibliothèque en écoutant la tragique histoire de l’assassinat de Kennedy, ou raconter ses états d’âme quotidiens à Mme Lolly. La jeune blonde était nostalgique à l’idée de son ancienne vie, elle aimait tant faire la fête, boire de l'alcool et danser avec ses amis que rester cloîtrer la nuit dans son école lui était infernal. Cependant, son enfermement ne l’empêchait pas de se changer les idées en sortant autant qu’elle le pouvait, comme ce soir, dans l’Indépendance. Laissant cuire la pizza, elle s’était allongée sur le canapée, d’apparence vétuste mais terriblement confortable. Les yeux mi-clos, Wendy essayait en vain de poser un pied à terre, histoire de se bouger un peu avant que sa meilleure amie ne la voit affalée. Et puis, après reflexion, elle avait quitté les bras de Morphée très tôt ce matin, lorsque son réveil affichait "6.00", elle pouvait se permettre de glander, comme le font tous les adolescents de son âge. Une raison de plus ? Elle avait eu une journée bien remplie, quoique vite passée.

    Voilà qu’en début d’après midi le prof de biologie avait tout spécialement concocté l’un de ses cours de rattrapage des plus tordus, en plein samedi après midi, une dissection de cœur de bœuf. Rien de déconcertant jusque là mais c’est lors du début de l'heure que tout commença a aller de travers pour la demoiselle. Premièrement, elle était en binôme avec une chieuse, pardonnez-moi l’expression, une flemmarde de première, qui ne lui laisserait aucune chance d’avoir la moyenne. Secondo, elle détestait la biologie, et encore plus les dissections, et se refusait à s’y vouer. Le malaise insupportable vint envahir le coeur de la jeune femme quand elle essaya vainement de toucher cette répugnante chose, et, le regard en coin, elle guettait le moindre geste de sa camarade de classe, qui pourrait être, miraculeusement, prise de passion pour les études. Au moins, Wendy s’épargnerait cette écoeurante dissection. La blouse tachés par la souillure d’un sang vermeille, la demoiselle avait demandé à aller se rincer aux toilettes qui ne devaient être à cette heure de la journée aucunement occupés, ce qui serait agréable en cas de haut-de-cœur. Et pourtant … De nouvelles écritures toutes fraîches ornaient ici et là les portes battantes dont la peinture vieillie par le temps laissait choir de nombreuses coulures défraîchies. Plusieurs numéros de mobiles étaient gravés dans le bois dont un qui lui était étrangement familier. Wendy se rapprocha et passa ses doigts sur les griffures pour s’apercevoir de la fraîcheur du crime. Son numéro! Observant avec un peu plus d’attention elle aperçut d’étrange hiéroglyphes juxtaposés au dernier chiffre, des cœurs. Wen’ eut un léger soulevement à l'estomac en repensant à ce qu’il avait tenu entre ses mains quelques minutes plutôt dans la salle de biologie. Non, ç’en était trop, ras-le-bol. Il fallait qu’elle se détende. Et le meilleur moyen restait cet endroit, l’Indépendance.
    Justement, Amber entra quasiment en même temps qu’elle frappa la porte, ce qui fit sursauter la jeune Evans.

    « Tu m’as fait peur !
    Ta réputation fichue ? Il en faudrait bien plus. Ma première semaine .. »


    Wendy commença par lui raconter ses petits périples du matin, à ce cours de biologie, cours dont elle se serait très largement passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber O'Connor

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Mar 30 Déc - 13:30


    Bizarrement, en y réfléchissant, Amber aimait plus se retrouver à Lindbergh que d'être enfermée chez elle. Comment se passait une journée type pour la jeune fille lorsqu'elle n'était pas autorisée à quitter sa grande demeure ? Elle se levait, on lui apportait un petit déjeuner luxueux, elle s'habillait, se préparait, on lui apportait un déjeuner luxueux, elle allait nager dans la piscine, ou écouter de la musique, ou se faire projeter un film qui n'était pas encore sorti au cinéma, elle se faisait apporter un diner luxueux et allait se coucher. Vous avez bien lu, pas une fois dans la journée elle ne faisait d'activité avec ses parents ou même ne les voyaient, à part si sa mère bronzait au même moment où Amber allait faire trempette. Et parler avec eux finissait toujours en dispute, alors la jeune fille évitait cela comme la peste. Elle n'aurait pas été loin de mettre une puce sur chacun de ses parents pour les suivre par GPS et être sure de ne pas croiser leur chemin .. Et même la jeune fille se demandait s'ils n'avaient pas fait la même chose pour elle. Alors qu'ici, bon d'accord, elle était obligée d'assister aux cours, de travailler même pour avoir des bonnes notes sans pouvoir soudoyer les professeurs, mais en parallèle, elle avait quand même un bon entourage. Comme Wendy, par exemple, qui était une fille totalement adorable. Amber ne comprenait pas comment un acte comme celui qu'elle avait fait lui avait offert un aller simple pour l'enfer. Mais de toute façon, même avec la réputation de l'école, il y avait très peu de fous à l'intérieur. Il y avait même des gens qui s'étaient retrouvé ici pour des simples petits vols de rien du tout ! Leurs parents devaient être encore plus cruels que ceux d'Amber, et la jeune fille n'osait même pas l'imaginer. Mais malgré la meilleure apparence de l'école de l'intérieur que de l'extérieur, on ne pouvait pas dire qu'il ne s'y passait pas des choses étranges. Comme cette histoire de magie. D'ailleurs, c'était bien cette adorable Wendy qui lui avait fait découvrir cette pratique, et Amber l'avait même une fois accompagnée dans le sous-sol de l'établissement. La jeune fille n'est pas à proprement dit pratiquante, mais ça ne l'effraie pas du tout. En fait, même si ça peut paraître idiot, elle s'amusait beaucoup à parler de ce genre de choses.

    Quand à la première semaine d'Amber, il n'y avait rien de bien extraordinaire. Elle suivait les cours, en s'endormant à moitié, comme à son habitude .. Elle roucoulait avec son cher Calvin, et bien sûr, elle avait revu ce fameux Shawn. Elle n'en pouvait plus, elle se sentait comme un animal qui ne pouvait attendre de sauter sur sa proie pour le dévorer, et à chaque fois qu'elle croisait son regard ses symptômes physiques ne faisaient que grandir. La première fois, elle s'était bien demandé si elle était malade, mais dès qu'elle ne pensait plus à lui il ne lui arrivait absolument rien. Wendy le savait, Amber lui en avait déjà parlé, mais il semblait bien que c'était la seule à qui elle avait confié cet étrange comportement, craignant que les autres n'aillent le crier à tout va et que ceci devienne une rumeur fondée dans les couloirs de Lindbergh. Si c'était de l'amour ou pas, elle n'en savait trop rien, mais elle n'allait pas quitter Calvin pour Shawn, ça restait sur. Ou en tout cas, dans sa tête, car son corps semblait vouloir absolument la chose opposée. De toute façon, le garçon sortait avec sa « petite sœur » Mandy et .. Elle ne pourrait jamais lui faire de mal. La jeune fille cessa de penser à tout ça pour écouter le récit de la petite Wendy, et Amber ne put avoir autre chose qu'un haut le cœur en entendant parler de dissection. De toute façon, elle quittait le cours de biologie à chaque fois qu'il s'agissait d'une sottise pareille, et elle ne comprenait vraiment pas l'intérêt de tuer autant de grenouilles, si la dissection portait sur ça, alors que les professeurs pouvaient montrer une vidéo. Et puis, à moins de vouloir devenir médecin, ça ne servait pas non plus à grand chose. Un cœur de bœuf ? Berk, vraiment.

    Amber toute à votre service. C'est vrai que réputation c'est un peu fort parler .. Mais dans une semaine je te parie que je serai surnommée « la geek ». Au moins, ça me permet de me faire un peu d'argent, je ne vais pas me plaindre ..

    La jeune fille lui adressa un sourire.

    Alors tu as un admirateur secret ? Je me demande qui ça pourrait être ..

    Amber poussa un soupir en se balançant sur le fauteuil.

    Quand à moi, il ne s'est pas passé grand chose ..

    La jeune fille ne lui raconta que les gens qu'elle avait revu, les ordinateurs qu'elle avait pu réparer, et bien sûr, ses rencontres avec le délicieux Shawn.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wendy A. Evans

avatar

Nombre de messages : 46
Music\' : Are you gonna go my way - Lenny Kravitz
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: De temps en temps, je craque sous le poids de l'espérance, je vais parfois à contre-sens ..
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Mer 31 Déc - 2:23

    S’il y avait bien une chose sur Terre que Wendy ne comprenait pas, c’était l’informatique. A part pour aller discuter avec ses amis sur une messagerie instantanée de temps à autres, elle ne savait rien faire. Amber, quant à elle, était une vraie pro’ du clavier, ce qui fascinait la jeune femme ; Comment était-il possible de faire autant de choses si facilement et un si court laps de temps ? Waow, à sa place, Wendy serait fière. Toutefois, l’informaticienne hors-paire ne semblait pas si contente que ça qu’on reconnaisse ses compétences en lui demandant de l’aide, de peur d’enticher sa réputation, Wen’ pouvait le comprendre. Devenir « la geek » de New York était visiblement le fléau contre lequel sa meilleure amie luttait constamment. Il faut avouer que vu de ce point là, la gloire est moins majestueuse, et puis, inutile de rappeler aux jeunes femmes que c’est justement ce talent qui est à l’origine de la descente aux enfers d’Amber. Oui, c’était inutile de leur rappeler, d’autant plus qu’elles pensaient passer une bonne soirée. Cela s’annonçait bien lorsque le « Amber toute à votre service » fit rire Wendy et déposa une atmosphère chaleureuse et détendue.

    « Je peux éventuellement être ta secrétaire, tu sais, prendre tes rendez-vous et tout .. Te faire un peu d’argent ? Oh.. tes parents ne t’envoient pas du tout d’argent ? »

    Une question qu’elles n’avaient encore jamais abordé, ou du moins, pas vraiment. Les parents. Wendy resta bouche bée en apprenant que contrairement à elle, Amber devait travailler un peu pour se faire de l’argent de poche. Est-ce que cela signifiait qu’elle entretenait une relation si exécrable avec ses parents qu’ aucune confiance ni même échange n’existait ? D’accord, la relation qu’entretenait Wendy avec les siens n’était pas des plus fusionnelles mais au moins, ils avaient la gentillesse de lui envoyer de quoi survivre sans la vie « normale extérieure », et puis, les échanges étaient certes faibles mais existaient, heureusement. Ils participaient sans s’en rendre compte, que ce soit de leur côté ou celui de Wendy, à un équilibre mutuel. Un équilibre qui ne pourrait d’ailleurs pas faire partie de la jeune femme sans des amis aussi fabuleux que les siens. L’amitié était, avec l’amour, une des choses primordiales, essentielles à laquelle elle accordait énormément d’importance. Ses amis étaient toujours présents pour la demoiselle, et vice versa. Elle leur vouait une confiance sans égal, qui pourrait lui coûter cher un jour. Son numéro gravé dans le bois, la matière la plus pure qui soit, suivie de petits cœurs, qui l’eût cru ? Certainement pas la jeune femme, du moins, elle n’eût jamais cru que le ‘coupable’ n’eût pas assez de cran pour signer de son nom, ou pourquoi pas uniquement de ses initiales.

    « Un admirateur secret ? Nous vivons dans un monde de dégonflés, où tout n’est qu’illusoire. Mais quand même ! Il aurait pu sign.. »

    Une odeur inhabituelle la perturba soudain. Une odeur .. de .. brûlé ! La pizza ! En courant vers le four, elle s’imagina toute sorte de scénario catastrophe, comme celui d’un incendie involontaire, passé pour volontaire qui entasserait encore plus les deux jeunes femmes dans leurs casiers judiciaires, et rallongerait leur infernal séjour à Lindbergh. Un nuage de fumée noire sortit du four lorsqu’elle l’ouvrit. Paniquée, elle ne pensait cependant qu’à sauver les meubles en étant responsable du moins de dégâts possibles. Elle ouvrit les fenêtres avec l’aide d’Amber, laissant échapper la fumée, qu’il était impossible à distinguer depuis l’école, heureusement pour elles. Leurs toux, dues aux vapeurs toxiques dégagées, s’apaisèrent. L’Indépendance, désormais assez ventilée, permettait d’avoir la même visibilité que celle qu’il y avant de passer sur le champ de bataille. Les fenêtres refermées, Wendy put attraper la pizza, ou du moins .. ce qu’il en restait. Les couleurs provençales avaient laissé place à un noir poudreux, comme du Khôl. C’était immangeable, et à défaut de les démoraliser, un sourire se dessina sur le visage de Wendy. La tentation était trop grande. Elle passa son doigts dans les cendres de la pizza et en barbouilla Amber, accompagnée d’un fou rire.

    « Wendy toute à votre service ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber O'Connor

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   Dim 4 Jan - 16:34

    Faire de son talent son métier ? Amber ne se projetait pas vraiment dans l'avenir. Elle n'avait pas spécialement envie d'être riche, ni spécialement envie d'être pauvre [ça existe d'ailleurs ?], elle ne prévoyait pas de devenir une petite femme au foyer, mais non plus une femme totalement indépendante et sans même de mari à la maison. Amber arrivait à se projeter jusqu'au repas du lendemain matin, et c'était tout. Elle n'était ni stressée, ni apeurée, de ne pas savoir de quoi son avenir était fait .. Et la jeune fille avait bien l'impression qu'elle passerait encore quelques années d'horreur à Lindbergh avant que son père adoré lui accorde une liberté éternelle. Ce qui aurait été encore mieux, c'est que quelqu'un fasse bruler l'institut et que du coup, tous les étudiants puissent retourner chez eux. Ainsi, elle pourrait encore fréquenter ses amis .. A moins que certains d'entre eux se retrouvent en prison. Ça, c'était bête, et pourtant, il y avait bien des gens ici qui le méritaient. Et d'autres, qui ne méritaient même pas leur place dans l'école. Il y avait la justice, et l'injustice. Amber ne se trouvait pas particulièrement chanceuse d'être née dans une famille riche, et il ne fallait pas dire que c'était de l'injustice que de faire naitre au hasard des bébés dans des familles riches que dans des familles pauvres. Dans le cas de la jeune fille, on ne pouvait pas dire qu'elle était heureuse d'être dans une famille qui ne se voyait jamais, même si elle avait beaucoup de moyens financiers à ses pieds. Est-ce qu'elle aurait été plus heureuse dans une famille unie mais avec des problèmes d'argent ? Elle ne pouvait pas juger une existence qu'elle n'avait jamais vécue. Mais elle ne se plaint pas trop de sa condition, se plaindre ça fait perdre du temps, car rien ne pourrait jamais changer quand à son statut natal.


    « J'avoue, ça serait sympa, on monterait un petit business .. Oh, concernant l'argent. Disons que mon père considère que j'en ai déjà eu assez, mais je crois surtout que s'il me faisait régulièrement des versements sur mon compte il aurait trop peur que je lui pirate. Mais ça va, ma mère m'envoie un peu d'argent de temps à autre. Mais un peu plus, ça ne fait pas vraiment de mal .. »

    Amber adressa un sourire à son amie et observa le plafond pendant quelques secondes. Vu son état, elles devraient peut-être se poser des questions sur la résistance du toit, à moins qu'elles soient toutes les deux suicidaires et qu'elles voulaient absolument faire la couverture d'un magazine « deux élèves de lindbergh tuées pour mauvais entretient des bâtiments ». Remarque, ça servirait surement à faire fermer l'institut, mais Amber doutait que des jeunes seraient assez avides de liberté pour tuer deux de leurs camarades « par accident » juste pour pouvoir s'échapper. Ils n'étaient pas si méchants. La jeune fille fit une petite grimace et rebaissa la tête, de toute façon, il ne tomberait pas lorsqu'elles seraient en dessous. Elle lui donnait quelques petites années quand même avant de lâcher, et espérait quand même s'être barrée d'ici là. Ses parents ne pouvaient pas être si .. cruels. Remarque, ils ne l'avaient plus pour lui faire de la mauvaise publicité ou user abusivement de leur argent. Elle ne les embêtait plus, ils avaient la paix .. Peut-être ce qu'ils avaient toujours rêvé, après tout. Concernant le fameux admirateur de Wendy, Amber n'était pas si étonnée. Elle avait toujours trouvé son amie tellement belle, qu'elle était pratiquement persuadée que tous les garçons devaient la regarder quand elle marchait. Remarque, Amber avait tendance à penser ça pour tous les gens autour .. Alors qu'elle se trouvait si basique. Si normale. Elle aurait aimé être la fille aux admirateurs secrets, même si ça aurait surement fait enrager Calvin. Au moins, ça mettait de l'action, du mystère. Ou en tout cas .. un peu plus.

    Alors que la jeune fille se préparait à répondre, une nouvelle odeur lui piqua le nez et de la fumée commença à se propager dans toute la pièce. Elle détestait tout simplement avoir du mal à respirer, et déjà elle avait peur d'un peu trop paniquer et de perdre ses moyens. Amber se dirigea rapidement vers la fenêtre qu'elle ouvrit en grand, autant pour aérer et faire s'échapper la fumée, que pour elle même respirer. Elle prit de grandes inspirations et expirations, tandis que l'odeur s'apaisait et que ses poumons se relaxaient. Amber esquissa même un petit sourire en pensant aux apéritifs qu'elle avait ramené, qui au final n'étaient pas vraiment de trop. Après quelques minutes, elle s'éloigna de la fenêtre pour revenir vers son amie, qui tenait dans ses mains la fameuse pizza du diable. Noire. Carbonisée. L'appétit de la jeune fille disparu rapidement .. Mais à peine eut-elle le temps de se dégouter qu'elle sentait le doigt de sa chère Wendy lui apposer une drôle de substance sur le visage. Elle devait avoir l'air fine.

    Ah, vous me maquillez gratuitement ? Eh bien, je ne sais pas quoi faire pour vous remercier .. Quoi que ..

    Amber apposa alors ses doigts dans la poudre noire et commença à poser ses doigts au hasard sur le visage de Wendy. Dieu, la jeune fille espérait simplement que la douche allait vite arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que c'est de l'amitié . | Amber   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que c'est de l'amitié . | Amber
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le règlement d'amitié & discussion autour d'une photo
» Fabrication de bracelets d'amitié
» Parce qu'après tout, c'est aussi des créatures chaotique...
» amitié rose .....chez Martine 290
» mini album maison : les pages de notre amitié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindbergh :: Lindbergh - Exterieur :: Indépendance-
Sauter vers: