...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mandy L. Nelson

avatar

Nombre de messages : 9
Music\' : ♫ Notre-Dame de Paris - Belle ♫
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'ils te fassent !
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]   Mar 23 Déc - 21:33

Étape I

♥️

    Nom : Nelson
    Prénom/Surnom : Mandy Lilith / Lilipuce, Mandychoute, Dydy, Man'
    Age : 17 ans
    Lieu de naissance et date : Montréal, 21/11/1991


Étape II

♥️



    0000~
    Le commencement »



    Bonjour à vous. Ne me demandez pas mon nom, je n'en ai pas. Je suis un spectateur externe à la vie réelle. Je ne vieillis pas, j'ai l'âge du monde, et je mourrai avec lui. Je ne suis ni homme ni femme, je ne suis ni matériel ni immatériel. Je suis moi. Ne cherchez pas à comprendre, ce n'est pas de moi que nous devons parler. J'observe un humain durant sa vie, et lorsqu'il meurt, j'en observe un autre. J'ai été chargé de suivre Mandy Lilith Nelson au cours de son existence. Souhaitez-vous connaître sa vie ? Alors laissez-moi vous la raconter. Je vous préviens... je n'aime pas être interrompu.



    1991~
    La naissance d'une nouvelle étoile



    C'est dans un hôpital banal de Montréal qu'est née notre petite Mandy. 21 Novembre 1991, 17h38. C'est comme tout bébé de famille aisée qu'elle a vu le jour dans une chambre propre avec des sages femmes au matériel stérile. Aucun risque pour la naissance : Mandy est née en pleine forme. Ses parents étaient ravis, elle respirait pour la première fois. Ils avaient enfin leur bébé tant attendu, en bonne santé, et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Je ne m'étalerai pas plus sur ce passage qui est décidément le plus court. Et puis quoi ? Je dois décrire le trajet des larmes, le volume sonore de ses cris, combien de centimètres faisaient le sourire d'Olivia et de Richard ? Non merci.



    1998~
    Les meilleures amies du monde » (no comment XDDD)



    Une famille de riche, on sait tous ce que cela implique ; les petites soirées bien habillées, les affaires, les affaires, les affaires. La famille Nelson ne faisait pas exception à la règle. Fiers de leur fille, très jolie et bien élevée, ils avaient décidé de l'emmener à l'une de ces fêtes. Le rêve pour la petite Mandy, qui à cet âge-là rêvait de princes, princesses et magnifiques robes à paillettes. Elle s'y était donc rendue avec ses parents, amoureuse de sa robe et se plaisant à la faire tourner. Ce fut là-bas qu'elle fit la connaissance de celle qui allait devenir sa meilleure amie : Delilah Meredith Swane. Elles se rencontrèrent grâce à leurs parents qui faisaient des affaires, négociaient... Elles avaient donc passé toute la soirée ensemble, à rire, courir, danser, s'embêter, tant et si bien que de retour chez elles, toutes deux s'étaient endormies pour ne plus se réveiller avant tard le lendemain.


    Les demoiselles s'invitèrent régulièrement et firent les 400 coups ensemble à l'école, bien qu'elles ne soient pas dans la même classe. Petit à petit, leur lien s'était fait plus solide, plus fort, jusqu'à ce qu'elles deviennent inséparables.



    2004~
    Le début du cauchemar »



    Ce fut le pire instant de l'existence de Mandy. Elle était assise devant la télé, avec sa peluche préférée tout contre elle : son lapinou. Monsieur Jean, c'était comme ça qu'elle l'appelait. Sa peluche, même à 13 ans, elle adorait la serrer dans ses bras, elle se sentait revenir à ses 5 ans. Dieu seul sait combien de fois sa mère lui avait dit de lâcher 'ce vulgaire chiffon' parce qu'elle avait passé l'âge, mais rien n'y avait jamais fait. Soit. La petite fille regardait la télé, installée sur le confortable divan. Sa mère était à la cuisine, elle préparait le repas du soir avec enthousiasme : des enchiladas, son plat préféré. Le téléphone avait alors sonné, forçant Mme Nelson à cesser son activité pour aller décrocher.

    « Allô ? Oui c'est moi. Qu'y a-t-il ? Non, c'est... c'est... impossible... ! »

    Alertée par la voix brisée de sa mère, Mandy s'était retournée. Olivia sanglotait, le téléphone pendait au bout de son fil contre le mur. Aussitôt, Lilith avait rejoint sa mère pour savoir ce qu'il se passait. Mme Nelson ne voulut rien dire au début, mais elle avait fini par accepter le fait que sa fille était assez grande pour comprendre la situation.


    Ce jour-là, la vie de la petite Mandy a basculé. Ce fut un vrai cauchemar qui commença, pour elle comme pour sa mère. Son père avait été assassiné par balles, et dépouillé de tout ce qu'il possédait de précieux sur lui, alors qu'il sortait du travail. L'enterrement eut lieu quelques jours après. Si Mandy souffrait de cette perte, elle voulait être forte et soutenir sa mère. Elle l'aidait dans les tâches ménagères, tentait de la faire rire, ramenait des bonnes notes à l'école : elle voulait qu'elle puisse être fière de sa fille. Mais rien à faire. Si le père de Mandy était mort, il avait emporté sa mère avec lui ; Olivia n'était plus qu'une femme frigide.
    Elle cessa d'écrire ses livres, petit à petit. Il n'y avait plus d'argent qui rentrait dans les caisses, et Mandy s'en inquiétait. Sa mère avait commencé à sortir le soir ; pour aller au bar, en boîte... afin de se changer les idées. Elle fit, là-bas, la rencontre d'un homme qui enfoncerait Mandy plus encore dans le désarroi : John. Un soir, où Mandy rentrait de l'école, il était présent à la maison. Lilith avait été tout d'abord choquée, puis triste et enfin énervée ; cet homme prétendait pouvoir remplacer son père, alors qu'il n'en était rien. Comment sa mère pouvait-elle se laisser berner par ce parfait inconnu qui s'incruster sans crier gare dans leur vie ? Mais à y réfléchir, elle avait vu Olivia sourire. Ce n'était pas arrivé depuis longtemps. Alors, si elle ne pouvait faire semblant de l'aimer, Mandy prit la bonne décision d'ignorer John du mieux qu'elle le pouvait. Mais évidemment, tout ne se passe jamais comme on le veut, vous le saviez n'est-ce pas ?



    2005~
    Cauchemar et aller simple pour l'Enfer »



    L'indifférence ne dura pas longtemps. Olivia ne tarda pas à annoncer joyeusement à sa fille ses fiançailles avec son nouvel amoureux. A cet instant-là, Mandy s'était demandé si pire chose était possible ; si oui, elle n'avait pas souhaité savoir quoi. Malgré elle, elle n'avait pas su faire semblant d'être heureuse pour sa mère. Pleurant, elle avait couru dans sa chambre pour se réfugier et calmer ses larmes qui ne cessaient de couler abondamment sur ses joues.
    Mais les choses ne firent qu'empirer. John commença à la battre en l'absence d'Olivia qui, folle amoureuse et voyant que sa fille ne voulait pas d'un autre père, ne croyait pas Mandy lorsque celle-ci lui montrait les bleus sur son corps. « Cesse de te comporter ainsi Mandy, John est extrêmement gentil, il ne peut pas t'avoir frappée. Tu as du tu faire cela toute seule, en te cognant contre un meuble ou autre. », disait-elle. Mais Mandy n'avait pas menti. Et sa détresse n'était ressentie que par l'homme qui la créait.


    Cela avait duré des mois. Mandy avait quelques cicatrices peu visibles, de blessures causées par un échange physique plus violent que les autres avec John. Elle avait décidé de se défendre, mais finissait toujours plus mal encore ; aussi avait-elle abandonné cette idée-là bien vite. Un soir, alors que sa mère était à une réunion pour le nouveau livre qu'elle avait rédigé, John était monté à l'étage, à la recherche de Mandy. Celle-ci l'avait entendu monter, et s'était réfugiée dans la salle de bain en faisant couler l'eau de la douche, prétextant qu'elle prenait un bain. Mais John était décidé à lui parler, il semblait énervé. Comme à chaque fois, de toute manière. Elle avait regardé ses cicatrices, s'était sentie en colère ; elle n'en pouvait plus, il fallait que cela cesse. Sans réfléchir, elle s'était jetée sur la porte, l'avait ouverte, et avait filé habilement jusque dans la chambre de sa mère en évitant John. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Lilith était à côté de la table de chevet ; elle ouvrait le tiroir, prenait le révolver, le pointait sur John et tirait.


    Tout était allé trop vite pour qu'elle ne réalise. Elle avait regardé longtemps le mur d'en face, bras tendu, avant de baisser les yeux sur le corps sans vie de John, allongé par terre, se vidant de son sang sur le lino. Elle déglutit péniblement, et les jambes flageolantes, se laissa glisser à genoux au sol. La peur la tiraillait encore, les larmes refusaient de couler, la gorge restait nouée... C'était si douloureux, d'être impassible. Elle ne réalisait pas encore. Lentement, son regard s'était fixé sur l'arme dans ses mains ; elle l'avait lâchée, et fut envahie par toutes les émotions possibles. Les larmes avaient commencé à couler, ses mains s'étaient mises à trembler, elle avait eu envie de hurler... Elle venait de retirer la vie à quelqu'un. Elle, malheureuse enfant battue de 14 ans.



    2007~
    Le petit oiseau a grandi »



    Le temps a passé depuis la mort de John. Mandy étant la seule restant à Olivia, celle-ci sortit le chéquier pour pouvoir la garder auprès d'elle ; l'assassinat fut masqué, et Mandy ne fut pas soupçonnée. Néanmoins, Olivia ne savait plus comment réagir avec sa fille. Elle l'aimait, c'était certain, mais elle avait tué John, l'homme avec qui elle avait projeté de se marier. Ce fut un dur choix pour Olivia qui parla discrètement autour d'elle à ses proches. Elle apprit que certains d'entre eux avaient des enfants à Lindbergh, et à force d'efforts, l'un d'eux lui avoua que tous les jeunes de cette école avaient commis des fautes plus ou moins graves que les parents cachaient grâce à leur argent. Aussitôt, la jeune maman vint en parler à sa fille, qui resta perplexe. Mais apparemment, même si sa mère lui demandait si elle voulait y aller, quelle que soit sa réponse, elle irait.


    Ce fut ainsi que Mandy fut inscrite par sa mère à Lindbergh, où elle y retrouva, à son plus grand bonheur, sa meilleure amie Delilah. Elle y fit également de charmantes connaissances, parmi lesquelles on compte Shawn, Lily, Amber, Peter, Aidan, Nathan... mais bien d'autres encore.



    2008~
    Une admiratrice secrète



    Vous connaissez tous ce principe-là. C'est une fois à Lindbergh que Mandy a fait la connaissance de nombeux jeunes comme elle, qui avaient fait des erreurs plus ou moins graves. Elle qui est dynamique et souriante se plaît à remonter le moral des plus déprimés. Mais lui* elle n'ose pas aller le voir. Lui*, elle l'aime en secret. Edward Von Herr. Elle s'énerve, quand les filles parlent de lui ; quand ces filles au QI d'autruche vantent ses capacités au lit. Parce qu'elle...elle l'aime, son Edward, même si elle ne l'avoue à personne. Et puis, elle n'oublie pas Shawn, qu'elle aime aussi. Seulement, le comportement parfois trop "papa" de Shawn envers elle a tendance à l'énerver de temps en temps. C'est sûrement ce fait-là qui l'a poussée petit à petit vers Edward, pour lui écrire des lettres d'amour en Anonyme, espérant peut-être au fond d'elle le voir s'intéresser à l'auteur... en vain, bien sûr. Elle sait à présent qu'elle n'a aucune chance, et rédige encore ses lettres et poèmes pour se libérer de ce poid qui pèse sur son coeur. Cependant, elle se doute bien que ses actes pourraient être considérés comme des adultères si Shawn venait à apprendre qu'elle avait le béguin pour un autre. Elle s'isole, s'enferme dans sa chambre, ou se cache dans un endroit peu peuplé pour écrire ces précieux écrits au parfum de rose.


Dernière édition par Mandy L. Nelson le Mer 24 Déc - 20:03, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy L. Nelson

avatar

Nombre de messages : 9
Music\' : ♫ Notre-Dame de Paris - Belle ♫
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'ils te fassent !
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]   Mar 23 Déc - 21:33

Étape III



    « Tout ce que vous direz ne sortira pas de cette pièce, vous êtes libre de parler, je suis là pour vous écouter, rien que vous. »


    Mandy se mordit la lèvre, gênée mais curieuse ; cette femme était étrange. Elle qui faisait un métier touchant à l'équilibre psychologique était aussi accueillante et chaleureuse qu'une mère, presque. Quelle bizarre sensation...


    « Allez-y Mlle Nelson, prenez place ! »


    Obéissant, Mandy s'assit sur le fauteuil faisant face au bureau de Mme Lolly. La femme lui adressa un radieux sourire et prit appui sur ses coudes posés sur le bureau, alors que Lilipuce observait le bureau sous toutes les coutures du regard, mal à l'aise. Oui, mal à l'aise. Parce qu'elle savait que si elle était face à une psychologue, ce n'était pas pour parler de la pluie et du beau temps, mais bien de ce qu'elle avait fait. Ce geste qu'elle avait fait par colère, et qui lui avait attiré un étrange mélange de haine et de tristesse par sa mère.


    « Je vous écoute... Parlez-moi de vous.
    - Et bien... Que dire que vous ne savez pas déjà ?
    - Faites comme si je ne savais pas.
    - ... Mon nom est Mandy Lilith Nelson, j'ai 17 ans, je suis née à Montréal, au Canada. Ma mère s'appelle Olivia, mon père s'appelait Richard ; il est mort Il y a bientôt 4 ans. Ma mère est une écrivain célèbre, mon père travaillait dans la boîte la plus branchée de la ville. »



    Mandy sentit une vague de nostalgie l'envahir. Elle se souvenait, quand son père partait au travail le soir. Il entrait dans sa chambre et venait lui chantonner une berceuse en s'imaginant qu'elle dormait déjà, déposait un baiser sur son front et s'en allait. Mandy donnerait cher, pour tout l'or du monde elle voulait revivre ces instants secrets entre elle et lui, des instants qu'elle n'oublierait jamais... des instants qui à l'époque lui paraissaient insignifiants, et étaient à présent plus précieux que tout ce qu'elle pouvait posséder.
    La jolie blonde baissa les yeux vers le sol en pinçant les lèvres, silencieuse. Elle qui était pourtant bavarde, n'arrivait pas à parler de son passé avec autant d'enthousiasme que de ses amis et des derniers potins, malheureusement... Quoique, c'était en même temps ce qui faisait la richesse de son histoire.


    « Après sa mort, que s'est-il passé ?
    - Ma mère était triste. Tellement que je ne savais plus quoi faire. Je travaillais comme une forcenée à l'école pour qu'elle puisse être fière de sa fille, je l'aidais dans les travaux ménagers, je l'aidais à trouver des idées pour ses livres, afin qu'elle ne ressente pas l'angoisse de la page blanche... Mais elle a petit à petit perdu le goût à l'écriture et a fini par ne plus faire de livre, alors que c'était ce qui nous faisait gagner de l'argent. Elle a commencé à sortir tard le soir pour se changer les idées, et a fait la rencontre d'un homme, John. »



    La simple évocation de ce nom suffit à faire monter les larmes aux yeux de Mandy. Les muscles de sa mâchoire se contractèrent, alors que la psychologue la fixait, l'encourageant à continuer. Après un reniflement discret, Mandy cligna des yeux dans l'espoir de chasser ces larmes qu'elle refusait obstinément de laisser couler. Cet homme l'avait maltraitée, elle ne pouvait le laisser continuer même mort.


    « Que s'est-il passé ensuite ?
    - Ma mère en est tombée amoureuse. Il m'était impossible d'imaginer que cet homme puisse vouloir remplacer mon père ; pire encore, qu'il prenait sa place auprès de ma mère. J'ai commencé à devenir désagréable avec John, et lorsque ma mère s'absentait... Il... me frappait. J'ai eu de nombreux bleus, mais... ma mère... refusait de croire qu'il en était l'auteur... ! »



    Les larmes coulèrent malgré elle sur ses joues, laissant des traînées rougies par le sel. La jeune femme les essuya d'un revers de main et prit une profonde inspiration pour tenter de se calmer, la respiration commençant à se saccader.


    « Tenez, prenez un mouchoir. Qu'avez-vous fait ?
    - Merci... J'étais trop petite pour me défendre. Comment une gamine de 14/15 ans peut se défendre contre un homme de 40 ans ? C'est impossible. Alors j'ai fouillé les affaires de ma mère. Depuis la mort de mon père, elle avait tellement peur d'être attaquée comme il l'avait été qu'elle gardait une arme dans sa table de chevet...
    - Dites-moi, Mlle Nelson, la souffrance que vous avez ressentie. Laissez couler vos larmes, vous vous sentirez mieux une fois libérée de ce poids sur vos épaules.
    - Je ne pensais pas qu'il était possible d'être mal à ce point... Physiquement, mentalement... Je croyais devenir folle... peut-être l'ai-je été cette nuit-là... Mais... J'avais si mal, je m'en souviens comme si c'était hier.. ! Il voulait me frapper, encore... Et... Tout est allé si vite... ! En un instant j'avais... j'avais le révolver dans les mains et je le pointais sur lui... C'était comme si je n'étais plus moi ! Mais c'était une pourriture... une pourriture... ! IL LE MERITAIT ! »



    Là-dessus, Lilith éclata en sanglot, grelotant sur son siège et plaquant une main contre ses lèvres. Mme Lolly eut un sourire compatissant et, devant la détresse de Mlle Nelson, se leva pour venir la prendre dans ses bras. Mandy se blottit contre elle, laissant couler ses larmes et sa colère, soulagée de cette plaie béante qui la hantait. Voilà qui lui permettrait de cicatriser. Après tout, Man' était ici pour cela, non ?


Étape IV

♥️

    Pseudo/Prénom : So...mething x)
    Âge : 15 ans
    Commentaire ? So... beautiful ! And original !
    Comment avez-vous découvert le forum ? By Allie, on her msn
    Code : Bon; Edibouh.
    Avatar : Hayden Panettiere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Von Herr
ADMIN||Sweet Delights.
avatar

Nombre de messages : 122
Music\' : Demolition Lovers - MCR
Date d'inscription : 15/12/2008

Your ID
Citation: La luxure est un amour qui consiste à ne vouloir aucun bien à la personne aimer.
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]   Mer 24 Déc - 21:42

    Anonyymee <33 xD

    Bienvenue & merci de ton inscription petite vierge.
    Je te valide, petite fiche touchante <3 j'ai aimée.
    Amuse toi biien <3

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandy L. Nelson

avatar

Nombre de messages : 9
Music\' : ♫ Notre-Dame de Paris - Belle ♫
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation: Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'ils te fassent !
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]   Mer 24 Déc - 22:24

Briseur de coeuur <33 XD

Surprised Petite vierge xD Saleté va XD
Merci à toiii x3 *Y a possibilité d'envoyer des menaces dans les lettres ? Very Happy XDD*

Hem hem.
*sors*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mandy dydy dy L. Nelsoneuh ='D [FINIIIE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dean Yeagle's Mandy Walking in the Park
» Anders Ehrenborg (Sculpteur) / Dean Yeagle Mandy
» Les historiens du Titanic
» Dydy - Book
» Prada et Préjugés de Mandy Hubbard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindbergh :: Next ; the character :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: