...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Delilah Swane| Terminé

Aller en bas 
AuteurMessage
Delilah M. Swane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:08



Étape I

    Nom : Swane
    Prénom/Surnom : Delilah Meredith
    Age : 18 ans et toutes mes dents!
    Lieu de naissance et date : Le 26 avril 1990 - A Sidney




Étape II

    Biographie :


    Mon premier mot ? C’était dada, du moins c’est ce que ma mère me dit tout le temps, et il faut avouer que ce mot sonne tellement bien dans ma bouche que je ne remettrais pas en cause ses dire. Au faite moi c’est Delilah Meredith Swane, mais Delilah suffira. Je suis née le 26 avril 1990, vous l’aurez compris, mn signe astrologique est donc taureau. Je suis mot pour mot ce que les astres disent sur nous, à croire qu’ils m’ont pris pour référence pour parler des taureaux en général. Sauf peut être l’infidélité. Mais ce n’est pas de ma faute si je suis constamment entourée de beaux garçons m’empêchant de me concentrer sur une seule personne. N’êtes-vous pas d’accord ? Bref, laissez-moi vous raconter mon histoire, si vous voulez bien. Donc comme je vous le disais je m’appelle Delilah, je suis scolarisée à Lindbergh, la classe n’est ce pas ? Surtout lorsqu’on sait que ma mère paye des milliards et des milliards de dollars pour que j’y reste. Et pourtant dieu sait que si je pouvais donner ma place, je n’aurais aucun regret à le faire, bien au contraire. Je déteste cet endroit, c’est le moins qu’on puisse dire, d’autant plus que je n’ai jamais cessé de clamer mon innocence.

    A vrai dire, Lindbergh n’est autre qu’une punition silencieuse qu’on m’a faite, pour ne pas me retrouver en cellule. Et finalement, mis à part le prix et la décoration, il n’ y a pas trop de différence avec cette dernière. Ici on est enfermé, c’est une prison moderne. On circule librement à l’intérieur, mais sans pour autant faire vraiment ce qu’on veut. Pour ne rien vous cacher, je me sens oppressée dans cet endroit, et plus les salles sont grandes plus je manque d’oxygène. Je suis enfermée avec des délinquants, alors que je n’ai rien fait. Si ce n’est d’avoir tué un homme. Attendez, ne jugez pas trop vite. Il ne méritait pas de rester en vie, bien que je ne veuille pas non plus lui voler la sienne. Lui par contre, il m’a privé sans pitié ni remord de ma la mienne alors que je n’avais que 15 ans. Je ne sais pas pour vous, mais ce qui m’a fait c’est bien pire qu’un meurtre. Et je ne vois pas pourquoi, c’est moi qui en paye les frais, je ne lui ai finalement que rendu la monnaie de sa pièce.

    C’était le 14 mars de l’année précédente, j’étais à la recherche de mon prédateur, j’étais à sa traque. Je connaissais tout sur lui, et je comptais lui faire la peau, comme on dit chez moi. Daniel Hensy, c’était comme ça qu’il s’appelle. Son casier juridique était blanc comme neige, et dieu sait combien d’autre fille innocente comme je l’étais cet individu avait déjà violé. En me choisissant, il avait sans doute fait la pire erreur de sa vie, mais moi j’ai fait bien plus en le tuant. Je ne me rappelle pas vraiment qui sont les gens à être venu avec moi pour le massacrer, on avait décidé pour l’occasion de se cagouler, je sais par contre qu’on était 5. On est donc parti au soir, très tard, dans le quartier de ce dernier, et on a attendu qu’il décide enfin à rentrer chez lui. Aucune voiture ne roulait, seuls deux ou trois clochards étaient passé à coté de nous, mais très vite avaient tracé leur chemin. 23h. Vous trouvez sans doute bizarre le fait que je me rappelle de l’heure, de la date, mais pas de mes complices. A vrai dire moi aussi, c’était comme si mon cerveau refusait de me le dévoiler à moi même.

    C’était que 5 minutes avant les 12 coups de minuits qu’il se gara, et à ce moment là. Deux de mes amis avaient décidé de l’immobiliser au sol, et au même moment, on l’avait bayonné. On était trois, à le ruer de coups, aussi sauvagement que possible. Alors que mes deux autres acolytes tentait tout de même de ne pas le tuer, moi je ne réfléchissais pas, j’étais assoiffés de vengeance tandis que les larmes de mes yeux coulé à flot. J’étais comme dans un état de transe, je ne réfléchissais pas à ce que je faisais.

    A vrai dire, j’avais tellement de rancune envers cet homme, que dés le moment où je l’avais revu, je m’était rappelée du jour où il m’avait fait du mal. Il ne souriait plus, il pleurait même, et jurer de ne plus recommencer.

    Mais je n’arrivais pas à m’arrêter, au loin j’entendais la sirène, celle des flics. Je sentais quelqu’un me tirer, pour déserter les lieux. Mais je n’arrivais pas à m'arrêter de le frapper, je n’avais plus contrôle sur mes pieds qui gigotaient et visaient violemment l’homme à présent évanoui à terre. Dans ma tête, quand j’y pense, j’entends encore cette voix qui me disait " Del, ça suffit, on doit partir, viens, je t’en pris", c’était une voix féminine d’ailleurs. Mais la tête ne me reviens pas, je ne sais pas qui m’a aidé.

    Une voix menaçante m’avait ordonné d’arrêter et de m’éloigner du cadavre, il était à présentmort, on me l’avait annoncé aprés m'avoir plaqué contre le sol pour m’immobiliser et me passer des menottes. Qui l’aurait cru, moi Delilah fille d’un grand et célèbre défunt qui de son vivant avait connu une gloire considérable, grâce à une trilogie qu’il avait écrit, allait me retrouver coffrée du haut de mes 17 ans.

    Ma mère disait que mon père était fou, elle n’avait pas tord, il avait donné vie à une future meurtrière. Je l’ai plus ou moins connu, a vrai dire j’avais 11 ans lorsqu’il nous a quittés. Je ne le connaissais pas vraiment, il était constamment enfermé à écrire. Je le croisais, lorsqu’il décidait d’aller enfin faire ses besoins naturelles, et parfois ma mère me permettait de lui faire entré son repas. Mais je ne trouvais jamais quelque chose à lui dire, je voulais juste me retrouver en face de lui, et cherchait en lui ce petit quelques choses qui ferait que c’était mon père, et que je lui ressemblais. Il était beau, l’expression de son visage me laissait souvent perplexe, il avait également de grandes lunettes et à sa mort, j’ai eu le privilège de les récupérer, elles m’avaient tellement fascinées.

    D’ailleurs tel fut ma surprise, en me rendant compte qu’il n’y avait pas de verre. D’ailleurs, je me demande toujours pourquoi il les mettait, étais-ce une question de style ? Enfin, à quoi bon personne ne le voyait, les rares fois où il avait fait des apparitions devant les médias, c’était à cause de son ami Georgy (c’est comme ça qu’il l’appelait), qui avait campé en face de sa chambre, et refusait catégoriquement de sortir de chez nous, tant qu’il n’aurait pas eu la promesse de Kendrick d’assister à une ces fichue avant première. Il me faisait aussi souvent la joie de sortir m’acheter de tant à autres des cadeaux, pour me dire qu’il m’aimait quand même, et que je n’étais pas coupable de sa présence absente.

    Un soir, je me rappelle, il était venu dans ma chambre pour lire un passage de son livre qu’il adorait par-dessus tout : " Le mal à l’envers – Kendrick Swane". Il adorait ce passage, et maintenant que j’y pense, une citation me vint : " Dada avait éteint la lumière, et seule dans le noir, elle songeait à sa triste journée". Dada ne vous rappelle rien ? Je crois d’ailleurs, que ma mère m’avait également dit que dada voulait dire papa. C’était lui qui me l’avait appris, avant de s’isoler et devenir "fou". Je relis très souvent ce livre, et je ne sais pas pourquoi, j’ai parfois l’impression que Dada c’était l’image que mon père avait de moi. Un jeune enfant, drôle, souriant, charismatique et travaillant très bien à l’école, se révélant cependant être lunatique, rêveur et parfois capricieux. J’ai longtemps été comme ça.

    Vous imaginez maintenant, s’il était encore vivant le roman qu’il aurait pu écrire sur moi " Dada la meurtrière", ou peut être même un truc encore plus tragique pour parler de moi : " Le père d’une meurtrière". Déjà que ses livres connaissaient de grand succès, je suis certaines que celui-ci aurait fait fureur.

    Surement traduit en toutes les langues, avec le talent que Kendrick avait par l’intermédiaire de sa plume, il aurait été capable de nous habiller une vache en tutu sans que les lecteurs ne trouvent cela exagéré. Vous vous demandez sans doute comment un homme ne sortant jamais de chez lui à pu mourir ? Et bien, laissez moi vous répondre. Kendrick Swane, était un rêveur, et pour s’enfuir du monde, il lui arrivait de se mettre dans des situations périlleuses, pour pouvoir noircir plus facilement ses pages. Un soir, il avait décidé de s’enfermer dans les WC pendant 48 heures sans boire ni manger.

    C’était de la sorte qu’il réussissait donner du réalisme à ses histoires. Pourtant sa dernière expérience, de sauter (ne rigolez pas, c’est vraiment triste) par la fenêtre du 4éme étage d’un immeuble et atterrir sur le trottoir indemne, n’avait pas marché comme il le voulait. C’était comme ça qu’il était mort, on avait prétexté qu’il avait maladroitement chuté, en se prenant le fil du téléphone et passa par la fenêtre. Etant donné qu’il était dodu, et n’avais pourtant pas assez de force dans les bras, il avait finit par tomber. Roseline, ma mère est également une brave personne, pourtant, elle cherche toujours à sauver les apparences, comme si les regards des autres apporté bien plus pour elle que sa famille. La vie n’a pas été facile pour elle, c’est pour cette raison que je vous demande de compatir et non de la juger trop tôt. J’ai eu certes un peu de haine contre elle, lorsqu’à la mort de mon père j’ai cru apercevoir un petit sourire au coin de ses lèvres. Je ne pense pas l’avoir rêvé, elle en est tout à fait capable.

    Et pourtant ça n’empêche que j’ai continué à l’aimer, essayant de rester reconnaissante pour toute l’éducation qu’elle m’a donné. Bien qu’au final ça ne l’a pas ramené à grand-chose, vu ce que je suis devenue. Ma mère nous vient d’Australie, vous l’aurez compris à son petit accent. Elle a quitté son pays, juste un peu avant de rencontrer mon père (bien qu'elle m'a eu là-bas), à la recherche de son rêve américain. Elle l’a eu en quelques sortes! Il faut avouer qu’on a tout de même eut une magnifique maison, avec un jardin aussi grand que la plus part des jardins de Californie. Elle a eu un mari très célèbre, une jolie petite fille très obéissante et aux notes frôlant le perfectionnisme. Mais je crois qu’au final, elle regrette ses années australiennes, ou n’étant que secrétaire, elle vivait le parfait bonheur avec ses parents qui malgré leur fausse-paye lui donnait tout l’amour dont elle avait besoin.

    Avec mon père, il y avait bien longtemps qu’ils ne s’aimaient plus. Mais elle s’accrochait tout de même, ayant tout abandonné pour lui, elle ne voulait se résigner à se retrouver secrétaire à 45 ans. Après sa mort elle a essayait de se reconstruire, épousant un autre homme : Devi, Devis, j’arrive plus à m’en rappelez. Il était plutôt bizarre cet homme, son visage ne m’inspirait pas vraiment confiance. Je sais que c’est en parti sa faute si ma mère m’a envoyé ici. Il a surement dû lui dire, que j’étais bien trop dangereuse pour rester à la maison, et que la prison risquait de donner une mauvaise image de mon père. Naïve comme elle est, sans trop de problèmes ce truc là l’aurait persuadé.
    Je suis arrivée ici le 26 novembre, le lendemain de Noël. J’avais insisté pour pouvoir le passer en famille. Mon arrivé, fût horrible. J’avais refusé de parler pendant une semaine entière, hochant la tête de haut en bas pour dire oui, et de droite à gauche pour dire non. Je méprisais tout les gens qui m’entouraient ici.

    Pourtant peu à peu, j’avais arrêter de juger. Chacun avait son vécu, bien qu’on ne dépasse pas la trentaine, nos dossiers étaient pleins aux as. C’est alors qu’un soir, prise de curiosité, je m’étais aventurée dans les sous sol, je sais qu’il était une heure du matin. Etant donné que j’avais quitté ma chambre, en chemise de nuit sur les pointes des pieds, et j’avais jeté un coup d’œil à la montre. A ma grande surprise, au sous sol, je n'étais pas la seule à avoir eu idée d'y aller. Je ne les connaissais pas spécialement, mais la montée d’adrénaline était à son comble. Je ne veux pas vraiment parler de ce qui m’est arrivé, étant donné que les mots ne me vienne pas forcément sur ce fameux jour.

    Je sais juste, que je suis possédée, des 7 pêchés capitaux je suis le plus dangereux, Satan m’habite, et mieux vaut ne pas être dans les alentours lorsque ma colère s’exprime.
    Je m’appelle Delilah Meredith Swane, et je suis condamné à vivre à Lindbergh, pour avoir entrainé la mort d’un homme. Satan s’en ai pris à moi, et c’est à travers moi qu’il assouvie sa soif de vengeance, et exprime sa colère.


Dernière édition par Delilah M. Swane le Mar 23 Déc - 22:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah M. Swane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:09



Étape III

    Mme Lolly; Psychologue pour jeune en difficulté.

    Mme Lolly : Tout ce que vous direz ne sortira pas de cette pièce, vous êtes libre de parler, je suis là pour vous écouter, rien que vous.
    Delilah M. : Dommage, ça m’évitera peut être de répéter une énième fois mon histoire !
    Mme Lolly : C’est dur, je présume ! J’ai lu votre dossier mademoiselle Swane, et je suis prête à vous écouter. D’autant plus que vous avez l’air bien plus intelligente que ce que laisse croire.
    Delilah M. :Pouvez vous me tutoyer, s'il vous plait ?
    Mme Lolly : Si tu y tiens!!
    Delilah M. : Et que dois je vous raconter au juste ?
    Mme Lolly : Ce que tu veux, ma chère. Vide ton cœur, je sais bien que tu garde bien plus de choses dans ton cœur que tu ne veux avouer.
    Delilah M. : Et bien vous avez raison, mais je n’ai aucune envie de me confier à une parfaite inconnue, désolé.
    Mme Lolly : Très bien, apprenons à faire connaissance.
    Delilah M. : Comme si vous cherchiez vraiment à faire connaissance avec moi, vous savez madame Lolly, je ne suis pas née de la dernière pluie. Et j’ai beau essayé de faire semblant de vous croire, je sais parfaitement, que des que je quitterais cette salle. Vous ne vous souviendrez même pas de moi. N’y voyais rien de personnelle, mais je sais pertinemment que vous faite cela pour l’argent. Je ne vous juge pas, croyez le ou non. Mais je ne suis rien pour vous, et vous rien pour moi. Alors à quoi bon chercher à savoir ce que je ressens.
    Mme Lolly : Tu vois, je t’ai dit que tu étais plus intelligente que tu ne laisse croire. Assied toi s’il te plaît.
    Delilah M. : Je... Très bien !
    Mme Lolly : Alors parle moi de ce que tu ressent ?
    Delilah M. : Vous voulez vraiment savoir à quel point, je suis dégoutée et dépaysagé ici ! Et le pire dans tout ça, c’est que je n’ai même pas l’impression d’être coupable. Je me retrouve entre une bande de délinquant, ayant pour la plus par chercher à faire les intéressant devant leur parents ou parfois par...
    Mme Lolly : Continue je te pris ?
    Delilah M. : Ca n’a aucune importance, je ne trouve pas que je mérite d’être là !
    Mme Lolly :Rappelle moi pourquoi vous êtes là dans ce cas ?
    Delilah M. : Comme si vous ne le saviez pas !
    Mme Lolly : Non je le sais, mais j’attends de l’entendre de tes propres mots. Qu’as-tu fait, mademoiselle Swane ?
    Delilah M. : J’ai tué un homme.
    Mme Lolly : Et tu en pense quoi ? Es-tu scrupuleuse, d’avoir enlevé la vie à un individu ?
    Delilah M. : Même pas...
    Mme Lolly : Même pas ?
    Delilah M. : Ecoutez, avec du recule, je me dis qu’il n’a eu que ce qu’il mérite.
    Mme Lolly : Pourquoi donc ?
    Delilah M. : Et bien non seulement il a...
    Mme Lolly : Oh non ne pleurs pas, tiens prend un mouchoir ! Il vous a fait du mal ?
    Delilah M. : Oui ! Bien plus que du mal
    Mme Lolly : Que t'as-t-il fait ?
    Delilah M. : Il m’a... Je n’avais que 15 ans, putain !
    Mme Lolly :Il t'a ?
    Delilah M. : Vous savez très bien, ce qu’il m’a fait ! Je vous trouve bien vicieuse.
    Mme Lolly : Ce n’est pourtant pas de la vice. Il faut que tu dises clairement ce que tu as sur le cœur, et tu verras comment ça te feras du bien !
    Delilah M. : Il m’a violé, vous êtes contente ! Je l’ai tué parce qu’il m’a tué en premier!! En quelques sortes ! J’ai aucun remord à lui avoir confisquer sa vie ! Et qu’il pourrisse en enfer !
    Mme Lolly : Tu lui en veux ?
    Delilah M. : Vous vous foutez de ma gueule ?
    Mme Lolly : Non ! Je n’oserais pas !
    Delilah M. : Bien sur que je lui en veux, j’étais très bien, malgré que je venais de perdre mon père, j’arrivais à tenir !
    Mme Lolly : Parle moi de ton père !
    Delilah M. : Vous voulez un autographe c’est ça ?
    Mme Lolly : Non, je t’ai bien dit que rien ne sortira de cette chambre !
    Delilah M. : Ok, très bien ! Je ne connais pas mon père, du moins pas comme une fille connais son père. Enfant il passait la partie de son temps à écrire. Il ne sortait jamais de chambre !
    Mme Lolly : Tu penses que le fait de ne pas l’avoir connu, t’as également poussé à la violence ?
    Delilah M. : NON ! S’il vous plait, madame Lolly, je n’ai plus envie de parler !
    Mme Lolly : Très bien. On se voit demain, à la première heure ! Si tu veux bien ?
    Delilah M. : J’ai le choix ?
    Mme Lolly : Non pas vraiment.




Étape IV

    Pseudo/Prénom :Mila
    Âge :17 ans
    Commentaire ?J'adore ce forum!!! (l)
    Comment avez-vous découvert le forum ?Euh sur un forum de publiicité!
    Code : Eternal Lindbergh
    Avatar :Kristen Bell



Bannières faîtes par PCG.


Dernière édition par Delilah M. Swane le Mar 23 Déc - 22:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather R. Hansen
Adminichoute <3 | Put your hands on me, uh ?
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Music\' : Broken Strings - James Morisson
Date d'inscription : 16/12/2008

Your ID
Citation: Life is so far less charming than this color in your eyes when your arms go dawn to me.
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:14

    Bienvenuuuue ici, merci de ton inscription !
    Je vaide le code ; si possible, est-ce que tu pourras aérer un peu ton premier paragraphe ? C'plus facile pour lire après ^^ Merciii !

    Bon courage pour la suite !

_________________
    When I love you, rings so untrue
    I can't even convince myself
    When i'm speaking, it's the voice of someone else
    Oh it tears me up
    I try to hold on but it hurts too much
    I try to forgive, but it's not enough to make it all ok

    ©️ James Morisson • Broken Strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah M. Swane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:25

Lol Bien sur x)! Sur word ça semblait plus propre! Lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allie Von Herr
Admin
avatar

Nombre de messages : 37
Age : 26
Music\' : Britney Spears - If U Seek Amy
Date d'inscription : 15/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:31

Welcome =)
Bonne continuation de fiche !

J'en connais un qui va sauter de joie en voyant Krikri Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lindbergh-faculty.forumactif.com
Edward Von Herr
ADMIN||Sweet Delights.
avatar

Nombre de messages : 122
Music\' : Demolition Lovers - MCR
Date d'inscription : 15/12/2008

Your ID
Citation: La luxure est un amour qui consiste à ne vouloir aucun bien à la personne aimer.
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 19:35

    Qui ça jumelle? *sifflote*

    *se retient, n'a pas envie de faire peur aux membres xD*

    Bienvenue, bonne continuation ^___^

    C'est krikribellou quoi :love:

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah M. Swane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 20:02

Oh! Tout le plaisir est pour moi!
Je n'ai dès lors, jamais fini une fiche aussi vite! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather R. Hansen
Adminichoute <3 | Put your hands on me, uh ?
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Music\' : Broken Strings - James Morisson
Date d'inscription : 16/12/2008

Your ID
Citation: Life is so far less charming than this color in your eyes when your arms go dawn to me.
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 20:40

    Merci pour la mise en page Smile
    Ta fiche tient la route, et tu écris bien. J'ai juste quelques petites remarques à faire ^^
    D'abord, il y a quelques fautes d'orthographe flagrantes, je suis sûre qu'en relisant tu peux le corriger toi même ^^ Des fautes d'accord, comme "de grande lunettes", ou encore "elles m'avaient tellement fasciné".

    Ensuite, dans ta deuxième partie, je trouve que le ton que tu emploies n'est pas tellement "parlé" (c'est un rendez vous, donc par définition... ton personnage parle xD) mais passons sur ce point, ce n'est pas très important.

    Juste ; relis les tutoiements/vouvoiements, parce qu'on s'y perd un peu (est-ce que la psy la vouvoie ou la tutoie ?).

    Voilà, quelques modifications rapides, signale-nous quand tu les auras faîtes, et bon courage !

_________________
    When I love you, rings so untrue
    I can't even convince myself
    When i'm speaking, it's the voice of someone else
    Oh it tears me up
    I try to hold on but it hurts too much
    I try to forgive, but it's not enough to make it all ok

    ©️ James Morisson • Broken Strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah M. Swane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 23/12/2008

Your ID
Citation:
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mar 23 Déc - 22:30

Enfin de compte, j'ai tout modifié aujourd'hui! Normalement si c'est bon, mais par sécurité, je me relirais demain encore.

Hum, sinon j'ai également changer le vouvoiement (je confondais, lol). Le ton arrogant et impoli a été recherché justement. Il faut pas oublier qu'elle est là, suite à une injustice, rien ne la pousse à réellement être polie, de toute façon elle n'y gagne pas grand chose. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather R. Hansen
Adminichoute <3 | Put your hands on me, uh ?
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 27
Music\' : Broken Strings - James Morisson
Date d'inscription : 16/12/2008

Your ID
Citation: Life is so far less charming than this color in your eyes when your arms go dawn to me.
Relationship:
Pourquoi êtes vous ici?:

MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   Mer 24 Déc - 0:05

Oui, je ne reprochais pas l'impolitesse mais le ton un peu trop "écrit".

Merci d'avoir fait les modifications ! Je te valiiide, bon jeu !

_________________
    When I love you, rings so untrue
    I can't even convince myself
    When i'm speaking, it's the voice of someone else
    Oh it tears me up
    I try to hold on but it hurts too much
    I try to forgive, but it's not enough to make it all ok

    ©️ James Morisson • Broken Strings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Delilah Swane| Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Delilah Swane| Terminé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre terminée.
» Les cycles ou séries que vous avez terminé
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense
» Banniere et modif image [Terminé]
» Maquettes terminées de Beute ou Capturé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lindbergh :: Next ; the character :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: